Le champagne Brut rosé connaît un engouement exceptionnel depuis quelques années. Loin d’être un phénomène de mode récent, le champagne Brut rosé a connu des heures de gloire et d’oubli au fil du temps. Aujourd’hui, il semble s’être installé durablement dans nos flutes jusqu’à devenir un incontournable de l’apéritif au dessert.

Il y a deux façons d’élaborer du champagne rosé : par assemblage, la technique la plus courante, ou de saignée, ce que l’on appelle aussi un rosé de maturation.  Partons à la découverte de ce champagne aussi glamour que gourmand.

Brut rosé, peu de sucre en héritage

Au même titre qu’un champagne « classique », le terme de Brut défini le taux de sucre contenu dans une bouteille de champagne.

Un champagne Brut rosé en contient moins de 12 grammes par litre, ce qui permet de préserver l’intégrité et la personnalité du vin. Par comparaison, un champagne Demi sec Rosé en contient entre 32 et 50 grammes par litre, une autre facette du champagne rosé souvent plus fruitée et charnelle. Les Demi sec sont d’ailleurs réputés pour accompagner les desserts – notamment ceux aux fruits rouges – tandis qu’un Brut moins saturé en sucre trouve naturellement sa place dès l’apéritif et tout au long du repas.

Rosé d’assemblage versus rosé de saignée

Deux procédés sont à l’origine de l’élaboration du champagne rosé. Le premier consiste à assembler un vin blanc clair (avant la prise de mousse), à 5 à 20% de vin rouge champenois.

Cette technique permet d’obtenir une couleur et une densité identiques d’un millésimés à l’autre. C’est la pratique la plus courante et elle offre de belles saveurs assorties d’une couleur rose pâle.

Moins utilisée, la saignée s’obtient en laissant macérer durant quelques heures les moûts avec la peau des raisins. La peau des raisins noirs (pinot noir, pinot meunier) colore les jus et les enrichit de leurs arômes naturels. Au vigneron de calculer au plus juste le temps de macération pour ne pas faire émerger des saveurs de vin rouge trop prononcées.

Une méthode plus artisanale qui a ses adeptes, notamment les amateurs d’arômes plus vineux. Un rosé de saignée est reconnaissable à sa robe d’un rose plus prononcé que les rosés d’assemblage.

Les accords gourmands avec un champagne Brut rosé

Le champagne Brut rosé offre un large spectre gastronomique, et c’est là où il est très intéressant. Les champagnes jeunes (moins de trois ans), sont parfaits servis à l’apéritif.

Dotés d’une grande fraîcheur et de facettes fruitées, ils n’ont peur ni de la terre ni de la mer, au contraire, ils accompagnent avec brio des recettes à base de poisson comme un carpaccio de saumon sauve gravelax, ou un foie gras de canard poivre de Sichuan.

A table, le champagne Brut rosé passe en mode gastronomique (plus de trois ans d’âge). A lui les saveurs asiatiques avec de belles langoustines croustillantes, chutney onctueux mangue-passion. Un rosé de saignée plus riches et vineux révèle des résonnances intéressantes sur une viande rouge ou une volaille.

Un bon repas ne saurait se terminer sans un plateau de fromages. Le choix le plus osé consiste à servir un champagne Brut rosé avec un simple maroilles, ambiance épurée mais quelle explosion en bouche. Pour le dessert, mieux vaut privilégier les recettes peu sucrées ou opter pour un champagne Demi sec rosé.